Sélectionner une page

C’est une conversation d’adulte tu n’as rien à dire ! 

Qu’est-ce que j’ai pu l’entendre cette phrase étant jeune !  

C’est peut-être grâce à cette phrase, que je tiens absolument à écouter ma fille et à lui laisser la parole. 

L’année dernière, j’ai découvert un mot, l’adultisme. 

Selon l’internaute : « l’adultisme désigne le fait pour un enfant ou pour un adolescent d’avoir des comportements et des réactions d’adultes. L’enfant se montre alors plus raisonnable qu’il ne devrait l’être à son âge.  Exemple : son adultisme le pousse à protéger son frère aîné. » 

Le professeur Barry Checkoway de l’université d’Ann Arbor dans le Michigan définit l’adultisme de la façon suivante : « Tous les comportements et les attitudes qui partent du postulat que les adultes sont meilleurs que les jeunes, et qu’ils sont autorisés à se comporter avec eux de n’importe quelle manière, sans leur demander leur avis. »

Encore une fois ce n’est qu’un mot pour définir un comportement mais il faut le prendre comme une information à adapter à sa vie et non comme une étiquette, un chemin à suivre obligatoirement. 

Je vais plus m’attarder sur la deuxième définition, celle faite par Barry Chekoway celle qui dit que les adultes qui pensent que leurs comportements et attitudes doivent être supérieures aux enfants. 

Nous allons commencer avec deux points basiques mais essentielles. 

1.Qu’est-ce qu’un enfant ? 

Un enfant est un jeune humain en cours de développement. 

Son cerveau est, jusqu’à 6 ans immature et il dépend donc de l’adulte pour gérer ses émotions et pour survivre tout simplement. 

Il ne provoque pas l’adulte mais essaie et teste son environnement pour savoir ce qu’il peut et ne peut pas faire. 

Comment pourrait-il différencier le bien du mal, le faisable de l’infaisable étant donné qu’il ne connaît absolument rien à nos règles sur terre et qu’il doit tout apprendre ? 

2. Qu’est-ce qu’un adulte ?

Définition d’adulte : « Tout être qui a à peu près atteint son complet développement, sinon dans ses dimensions, du moins en ce qui concerne la reproduction, qui, par conséquent, est apte à se perpétuer par la voie sexuelle est adulte. » (E.-A. Carrière, Encyclopédie horticole, 1862, p.8). 

L’âge adulte est l’une des périodes de notre vie qui se situe après l’adolescence. 

Beaucoup d’adultes se sentent encore enfant dans leur tête. Ou, à l’inverse, des enfants se sentent déjà adultes ou du moins beaucoup plus mature que leur âge. 

L’enfance joue un rôle très important pour l’adulte en devenir. 

En effet, comme le dit si bien le psychologue américain Fitzhugh Dodson dans son livre « tout se joue avant 6 ans », les informations et comportements transmis aux enfants avant cette âge joueront un grand rôle dans toute leur vie puisqu’il sera leur base de développement. 

Bien sûr, les fréquentations extérieures durant toute sa vie joueront aussi un rôle. 

Mais les bases qu’il aura eu durant ses premières années seront acquises et formeront son identité profonde. 

 

3. Mon vécu et ma façon de voir 

Pour en revenir à cette phrase, je l’ai beaucoup entendu étant petite et elle est restée comme « gravée » en moi. 

Lorsqu’on entend toute notre enfance que nous n’avons pas le droit de donner notre avis, comment pouvons-nous devenir des adultes confiant dans la prise de parole. 

Quand est-ce ce que nous pouvons avoir le droit de le donner notre avis ? A l’adolescence ? A notre 18ème anniversaire à 00h00 ? 

J’avoue mettre dit un jour ça y est ces personnes qui t’ont toujours dit cette phrase te demandent ton avis maintenant. 

Mais face à eux, j’ai encore à ce jour beaucoup de mal à le donner et à avoir confiance en moi car je pense que mon cerveau a enregistré le fait qu’il ne pouvait pas parler et donner son avis en présence de ces personnes.  

En grandissant, j’avais une vision de la parentalité aux antipodes de mes principes et valeurs d’aujourd’hui.  

Je pensais qu’il fallait être strict et ferme. Laisser pleurer les enfants pour ne pas se laisser marcher dessus. Ne pas les laisser nous interrompre et donner leur avis dans des conversations d’adultes… 

Maintenant, bien entendu je suis complètement à l’inverse de tout cela donc quand j’ai entendu parler d’adultisme, ça m’a parler. 

En effet, je trouve vraiment nocif le fait de faire passer l’avis de l’adulte avant celui de l’enfant car cela lui apprend que les personnes plus grandes savent tout et ont toujours raisons. 

Or, quand je vois le comportement de certains adultes, je ne suis absolument pas d’accord sur le fait que ma fille reproduise ces comportements ou pense que, comme il est fait par un adulte, il est irréprochable et un exemple à suivre. 

De nombreuses fois, je me suis entendu dire à ma fille qu’il ne fallait pas qu’elle fasse attention à certains comportements d’adultes envers elle car beaucoup de personnes ne comprennent pas les enfants et leur développement et ont donc des comportements inadaptés envers eux. 

Que si quelque chose lui faisait peur ou de la peine qu’elle le dise, s’éloigne, et/ou vienne m’en parler.  

Moi-même, j’apprends tous les jours de ma fille.  

Certes je suis là pour la protéger des dangers auxquelles elle n’a encore pas conscience et de lui montrer et expliquer les comportements à suivre lorsqu’il y a besoin mais en aucun cas je me sens supérieur à ma fille. 

Je le suis physiquement, mais mentalement elle a une sagesse qui m’inspire chaque jour. 

Je n’ai pas la science infuse et il m’arrive de me tromper. Combien de fois ma fille m’a aidée  rappeler des choses que j’avais oublié. 

Ou même trouvée seule des solutions ou compromis lors de situations où je n’en voyais pas. 

Je pense qu’il est important de se rappeler que nous sommes ici pour les accompagner à la conquête d’eux même. 

Leur montrer un chemin rempli d’amour et de bienveillance afin qu’il puisse développer leur propre personnalité. 

Je ne suis pas strict avec ma fille mais je lui donne plutôt des repères que certains préférerons appelé « cadre ». 

Je préfère le mot repère car c’est vraiment avec cet état d’esprit que je souhaite l’accompagner.  

Lui donner des repères afin qu’elle puisse s’épanouir sans se sentir oppresser ou obliger de suivre un cadre qui ne lui correspond pas. 

 

4. Mon astuce

Pour ne pas tomber là-dedans, je me pose souvent cette question : si c’était une amie, est ce que je ferai pareil ? 

Est-ce que j’oserai lui dire de se taire à table ou de ne pas me couper la parole car je suis en train de parler à quelqu’un d’autres ?  

Est-ce que j’oserai la disputer parce qu’elle a cassé un verre ? 

Sous prétexte que c’est bien pour eux, parce que ça leur apprend et leur montre ce qu’il faut faire. 

Moi je trouve que ça leur montre surtout quel comportement adopter lorsqu’on se trompe, casse un verre…  

Nous devons nous énerver contre l’autre, le rabaisser. Et si pour celui qui est en face, il doit ressentir de la honte, de la culpabilité. 

Rappelons-nous que le cerveau retient ce qu’on lui dit et ne fait donc pas forcément attention à la négation (les moins de 6 ans ne la retiennent pas du tout) et nous nous retrouvons donc à ressasser ce qu’on nous a dit avec ce sentiment de honte et de culpabilité que nous aimerions enlever et effacer. 

Mais comment changer son comportement quand personne ne nous a montré ou expliqué comment faire ? 

Notre cerveau ne retient qu’une seule chose : je ne dois pas faire cela ! 

Et comme il ne retient pas la négation, il le fait. 

Voilà pourquoi les personnes maladroites le restes et le sont encore plus après qu’on leur est dit. 

Enlevons ces clichés de nos têtes. 

Notre enfant ne comprendra pas mieux si nous le blâmons, l’affichons, l’insultant ou encore le tapons. 

Il ne fait pas exprès et veut apprendre.  

Donc apprenons lui, expliquons-lui. 

En plus, nous avons la chance que le cerveau du petit enfant retient énormément de choses et qu’il reproduit tout ce qu’il voit.  

Alors profitons-en pour lui montrer tous les comportements qu’il doit avoir afin de l’accompagner sereinement vers un meilleur adulte en devenir. 

 

5. Ne pas tomber dans l’excès  

Avant d’écrire cet article, j’ai tapé le mot adultisme sur internet et j’ai pu voir des articles ou commentaires de personnes complètement contre.  

Encore une fois, elles dénonçaient la culpabilité derrière ce mot qui donne l’impression de devoir être parfait et irréprochable. 

Elles se justifiaient de donner des règles à leurs enfants comme finir leurs légumes avant d’avoir un dessert …. 

D’ailleurs je vais m’arrêter sur cet exemple que j’aime bien car il est, pour moi, l’exemple parfait de l’humain qui fonctionne à l’envers et oublie l’essentiel.  

Dans cet exemple, ces personnes oublient que leurs enfants se nourrissent pour être en bonne santé et que c’est à elles de leurs proposer de bons aliments.  

Ce n’est pas pour son bien être d’établir une règle pour finir ses légumes avant le dessert. Mais cela devrait être une habitude de proposer des aliments sains à disposition que l’enfant pourrait manger lorsqu’il a faim en étant sûr qu’il soit nourri. 

Dans cet exemple, je ne veux rabaisser personnes mais juste montrer un autre état d’esprit et faire passer l’enfant comme plus ou moins son égal que comme un rival ou quelqu’un à éduquer comme on l’entend. 

Rappelons-nous de pourquoi nous faisons les choses.  

Est-ce parce que c’est vital ? Ou est-ce une habitude que j’ai moi ? 

Si je lui laisse faire ceci ou cela est-ce ce que ça le mettra en danger ou est-ce juste pour mon confort ou par habitude ? 

Je me pose régulièrement ces questions et ça m’aide à ne pas faire passer mon ego avant les réels besoins de ma fille. 

J’espère que cet article vous aura plu. 

Prenez les informations en les adaptant à votre vécu, votre vision des choses, votre personnalité et celle de votre/vos enfants mais ne suivez pas à la lettre ce que peuvent dire certaines personnes même celle qui prônent la bienveillance car comme vous elle est humaine et adaptera son comportement en fonction d’elle, son mari et/ou ses enfants. 

Ce qui est valable un jour peut ne plus l’être le lendemain. 

Continuez de vous renseigner mais suivez votre cœur lui seul connaît ce qui est bon pour vous ! 

N’hésitez pas à me laisser un commentaire ! 

Belle journée  

Marine 

 

Bonne nouvelle ! J'ai créé un guide pour avoir une autre vision de la vie afin d'élever ses enfants et se sentir mieux au quotidien.

Recevez gratuitement les 10 points à mettre en place pour changer votre vie !

Merci pour votre confiance !