Sélectionner une page
La pédagogie de Maria Montessori est très répandue ces temps ci.

On parle beaucoup des activités, des espaces aménagés… mais moins du sommeil et notamment du lit au sol.

Qu’est-ce que réellement le lit au sol?
C’est tout simplement un matelas posé au sol ou sur un sommier sans pied pour que l’enfant puisse se mouvoir comme il le désire.
Selon Maria Montessori, « l’enfant doit avoir le droit de dormir quand il a sommeil, de s’éveiller quand il a finit de dormir et de se lever quand il le veut. »
Voilà pourquoi elle préconise une organisation assez précise de la chambre comportant 3 ou 4 catégories.
On doit y trouver :
1. Le coin pour dormir :
Donc comme je le disais un matelas au sol (s’il n’y a pas d’humidité, ou un sommier, personnellement j’ai utilisé des caillebotis que j’ai attachés entre eux).
Autour du matelas, j’ai mis des coussins de chaise assez épais avec des ficelles que j’ai attachés au caillebotis.
Lorsqu’elle était plus petite, je m’étais une couette à côté des coussins au cas où elle roule pendant la nuit.
J’ai aussi mis des coussins de chaise mais beaucoup plus fins autour du matelas du côté de sa tête entre le matelas et le mur car ma fille se hisse beaucoup avec ses pied et finit souvent la tête dans le mur 😅.
Ça permet donc d’amortir les coups.
Ni oreillers ni draps ou couvertures ne
doivent être mis dans le lit d’un enfant de moins d’un an (risque d’étouffement).
Cependant, si vous faîtes du cododo il est tout à fait possible de mettre le drap sur les genoux de bébé, si vous mettez votre tête à la hauteur de ses jambes, pour ne pas risquer de lever le drap sur vos épaules pendant la nuit et donc de le lui mettre sur la tête.
Personnellement j’ai opté pour une gigoteuse à pied.
Ça tient l’enfant au chaud et ne l’entrave pas dans ses mouvements que ce soit la nuit pour bouger ou pour se lever.
Vous pouvez la trouver ici :
2. Le coin change :
(Sur cette photo la partie change n’y est plus. Mais c’était quelque chose qui se rajoutait et permettait d’avoir un matelas à langer pour changer son bébé).
Nous avons opté pour une commode car la partie du dessus qui permet de changer bébé,  s’enlève lorsque l’enfant grandit et sert donc de commode simple.
La commode peut facilement être utilisée par l’enfant car les 2 tiroirs du bas sont à sa hauteur.
Cela favorise donc son autonomie pour pouvoir se servir et choisir lui-même ses affaires.
3. Le coin activité :
Pour les moins de 6 mois (environ) :
Poser un tapis ou matelas au sol.
Attention à ce que le matelas ne soit pas trop mou de manière à ce que l’enfant puisse se tourner et pas trop dur non plus pour son confort.
Poser quelques objets autour de bébé de manière à l’inciter à aller les chercher.
Ne les mettez pas trop loin non plus 😉.
Vous pouvez mettre un miroir (à coller au mur vous en trouverez chez Ikea pour 5 euros je crois), ça lui permettra de voir son image, ses mouvements….
Pour les plus grands :
(Un des meuble n’est pas en bois, parce qu’il faut aussi faire avec les cadeaux qu’on nous offre 😉).
Installer un meuble en bois avec quelques jouets dessus.
Un tapis au sol pour délimiter le coin jeux. Pour ceux qui apprennent à marcher, nous avions installé une tringle à rideau au mur pour que notre fille puisse se lever d’elle-même et essayer de faire quelques pas.
Elle avait un « pousse pousse » pas loin ce qui l’encourageait à faire des pas pour l’atteindre.
4. Le coin repas :
Il est possible de faire un coin « repas » pour les plus jeune.
C’est à dire un fauteuil confortable, un rocking chair… avec des coussins à mettre sous vos bras lorsque vous nourrissez votre enfant (allaitement ou biberon) et quelques livres à proximités si vous le souhaitez pour lire une histoire à votre bébé et passer un agréable moment.
N’oubliez pas d’être assise confortablement lorsque vous donnez à manger à votre enfant.
On a tendance à le négliger, mais le bébé ressentira si vous n’êtes pas à l’aise, si vous êtes dans une mauvaise position… et risque lui aussi d’être tendu.
À l’inverse, il se détendra si il vous sent détendu.
Maintenant que nous avons parlé de l’aménagement, parlons plus précisément du sommeil dans un lit au sol.
5. À partir de quel âge ?
Un bébé peut dormir dans un lit au sol dès la naissance à condition que le matelas respecte des règles d’hygiènes (qu’il soit neuf est le mieux pour les acariens mais aussi parce qu’avec les années un matelas ne maintient plus le corps comme il faut).
Il est bien sûr conseillé que le bébé dorme dans le lit de ses parents ou dans la même chambre les premiers mois de sa vie car cela aiderait à éviter les MSN (Mort Subite du Nourisson) car mis à part les décès causés par des cardiopathies, d’autres sont dus à des problèmes respiratoires.
Dormir avec ses parents, permet au nourrisson d’entendre la respiration de ceux-ci et les parents peuvent également entendre et intervenir plus vite si l’enfant vomit ou s’étouffe.
Mais il en est de même pour le lit des parents, la literie doit être propre.
Les parents qui dorment avec ne doivent pas avoir consommé d’alcool ni de drogue, il est aussi préférable de ne pas avoir fumé juste avant de se coucher.
Et comme je le dit plus haut dans l’article, ne pas mettre d’oreillers près de sa tête et éviter les couvertures.
6. Voici notre histoire, notre expérience:
Il faut savoir que lorsque nous sommes rentrés de la maternité, je ne me voyais pas la mettre ni dans son lit à barreau ni dans son berceau car je ne la verrais pas sans devoir me lever (nous avions un lit au sol aussi).
Du coup, nous avons décidé de mettre le matelas de son lit à barreau au sol avec des coussins autour.
Elle était donc collée à mon lit et je pouvais la toucher et la voir sans avoir à me lever.
Vers ses 2 mois, nous l’avons mise dans son lit à barreau à côté de nous.
Puis, je trouvais que les ronflements de mon mari la réveillait beaucoup, du coup je l’ai mise dans sa chambre.
Elle y a dormi quelques nuits jusqu’à ce qu’elle attrape une trachéite et une double otites.
La pédiatre la mise sous cortisone matin midi et soir ce qui a fait que la nuit elle n’arrivait certainement plus à dormir ( la cortisone empêche de dormir…) et elle tétait absolument tout le temps.
En clair, elle ne lâchait pas mon sein une seule seconde.
Elle dormait donc avec nous dans notre lit.
Chose qui ne me dérangeait pas mais mon mari n’était pas à l’aise avec ça car il avait peur de l’écraser donc il dormait sur le canapé.
J’avais déjà entendu parler du lit au sol mais je ne m’étais pas vraiment renseignée comme il faut.
J’ai donc décidé de me renseigner et de commander son matelas.
Elle a donc dormit dans son lit au sol vers ses 4 mois.
Je dormais beaucoup avec elle au début.
Les premières nuits parce que je ne me voyais pas la laisser seule dans sa chambre.
Puis après je l’endormais, j’allais me coucher dans mon lit, puis si elle se réveillait dans la nuit j’y allais et me rendormais souvent avec elle sans même m’en rendre compte.
Par contre elle ne se lève pas de son lit sans m’appeler car elle aime téter et me faire un câlin quand elle est tout juste en train de se réveiller.
Une fois qu’elle est bien réveillée, elle se lève et va où elle le souhaite.
Maintenant je vais répondre aux questions qui m’ont été posées à ce sujet.
– Avec un matelas au sol, l’enfant ne va pas se lever sans cesse la nuit?
– Comment l’enfant va savoir quand c’est l’heure de dormir et l’heure de se lever?
– Comment lui dire qu’il doit se recoucher quand c’est 2 heure du matin?
– Quand elle se réveillait la nuit si elle voulait plus dormir tu acceptais? et tu lui faisait faire quoi?
Je vais faire une réponse globale de ses 4 questions car elles se complètent beaucoup.
Tout d’abord je vous encourage à lire le livre du docteur Rosa Jové qui s’intitule  » Dormir sans larmes » qui nous apprend énormément de choses sur le sommeil de l’enfant et déculpabilise beaucoup.
Je vais vous en faire un résumé.
Elle commence par nous expliquer les phases de sommeil d’un nourrisson, d’un enfant puis d’un adulte.
Lorsqu’il naît, le nourrisson n’a pas les mêmes cycles de sommeil que nous car il doit pouvoir s’adapter à l’environnement où il naît. Que ce soit en France, en Chine, au Mexique….
C’est petit à petit qu’il apprendra à se caler sur le rythme jour/nuit.
Il existe des réveils brefs qui sont toujours là chez l’adulte mais comme nous avons appris à nous rendormir, nous ne nous en  rendons plus compte.
L’enfant lui, n’a pas encore appris et a donc besoin d’aide pour se rendormir.
Elle nous explique qu’il a pu être établi qu’au 3ème trimestre de gestation, le fœtus connaît déjà des phases de veille qui alternent avec des moments d’activité.
Autrement dit, aucun enfant n’a besoin d’apprendre à dormir car il sait déjà le faire dès sa naissance.
Un enfant dort quand il a sommeil, il a évidemment besoin de nous pour l’accompagner mais s’il n’a pas sommeil il ne dormira pas et ce quoi que vous fassiez !
À part si vous le laissez pleurer bien sûr !
Méthode super efficace mais également super dangereuse pour le cerveau et le développement de l’enfant.
Pourquoi?
Car ses pleures sont son seul moyen de nous prévenir que quelque chose ne va pas.
Même en dehors du sommeil, beaucoup de nouveau né sont laissés sans attention s’ils ne disent rien dans leur berceau, transat….
Je vous cite un extrait du livre « qui ne tente rien n’a rien est loin d’être un dicton obsolète.
Il est donc essentiel pour le bébé, dès sa naissance, d’inventer des moyens et des mécanismes pour garder ses géniteurs à proximité.
Et l’un de ces moyens consiste à entrecouper les périodes de sommeils avec de brefs moments de veille. »
Elle explique donc qu’il pleure à plusieurs reprises pour que ses besoins soient satisfait et notamment la nuit grâce à ses nombreux réveils.
De plus laisser un bébé pleurer augmente son niveau de stress car si il pleure c’est sans doute qu’il a faim, soif, peur, chaud, froid, besoin d’une présence rassurante, d’un câlin…..
Le laisser pleurer longtemps ne lui apprend pas à dormir comme beaucoup peuvent le croire mais déclenche du cortisol, l’hormone du stress qui peu nuire au développement de son système nerveux central mais également entraver sa croissance et son potentiel d’apprentissage.
Le parent envoie également à son enfant le message qu’il ne peut pas avoir confiance en lui, qu’il ne peut pas compter sur lui car il a beau pleurer, personne ne vient.
Forcément après quelques minutes voir de très longues minutes… le bébé finit par s’endormir.
Mais pas parce ce qu’il a appris sagement qu’il était l’heure de dormir et que tout allait bien dans son foyer, non, en demandant de l’aide pour un besoin qu’il avait, en restant seul en se demandant ce qu’il se passe, en étant stressé et angoissé.
Mais aussi par épuisement car pleurer très longtemps fatigue énormément.
Si je vous raconte tout ça,  c’est pour répondre aux questions citées plus haut car beaucoup de parents pensent qu’un enfant dormira moins bien dans un lit au sol parce qu’il aura la possibilité d’en sortir.
Alors oui il en sortira s’il n’est pas fatigué mais lorsqu’il sera fatigué, il ira lui-même dans son lit pour dormir.
Il pourra même jouer tranquillement le matin en se réveillant car il pourra faire selon ses besoins.
Je ne dit pas que votre enfant dormira plus vite et que ce sera facile.
Si son rythme est décalé du votre ce ne sera pas facile mais un lit à barreau ni changera rien si vous avez décidé de ne pas laisser pleurer votre enfant.
Il en va de même en ce qui concerne la croyance que nous pouvons poser notre bébé dans son lit et partir sans qu’il ne dise rien et qu’il s’endorme paisiblement.
Alors il y a des rares cas où ça arrive, oui, mais la plupart du temps, l’enfant a besoin d’être accompagné et soutenu dans cette demarche car c’est un moment difficile pour lui où il sent son corps se relâcher, son esprit partir et ne plus rien contrôler.
Il se retrouve ensuite seul dans le noir, si personne ne vient tout de suite il y a de quoi stresser non?
De même que l’on veut apprendre à son enfant à dormir seul comme « les grands ». Nous sommes bien d’accord que la plupart d’entre nous, adultes, ne dormons pas seul?
Bref, je ferai un article plus détaillé sur le sommeil et des méthodes pour endormir son bébé mais je trouvais important d’éclaircir un peu ce sujet car le choix du lit à barreau vient souvent de là.
Alors nous venons de voir les points plutôt négatifs du lit au sol avec le fait que si votre enfant n’a pas le même rythme que vous, il ne dormira pas quand vous l’aurez décidé même si selon moi, c’est quelque chose de « normal ».
Voyons les points positifs et les méthodes qui peuvent être mise en place pour faciliter le sommeil de l’enfant.
Si vous allaitez, vous pouvez prendre un matelas plus grand pour pouvoir vous allonger lorsqu’il vous appelle dans la nuit et ainsi vous rendormir si vous êtes trop fatiguée.
Par expérience, cela est bien moins fatiguant que de se lever à chaque fois et qu’est-ce que j’ai aimé dormir avec elle 😍.
Vous pouvez également vous allonger pour lire une histoire ou faire un gros câlin avant qu’il se couche ce qui est plus pratique à faire dans un lit au sol que dans un lit à barreau.
En cas de terreur nocturne vous pouvez également vous coucher prêt de lui, vous rendormir plutôt que de vous allonger au sol pour le rassurer et attendre qu’il s’endorme pour retourner dans votre lit.
C’est bien plus confortable et plus rassurant pour l’enfant qui est en contact direct avec vous.
Pour faciliter l’endormissement, un rituel peut être mis en place.
Cela peut être tamiser la lumière et lire une histoire tout simplement ou rajouter quelques autres étapes.
L’important est de toujours faire la même chose pour que l’enfant puisse reconnaître que c’est le moment de se coucher.
Comme vous l’aurez compris. Je privilégie le fait d’accompagner son enfant à son rythme. Mais parfois certains parents ne peuvent pas pour des raisons professionnelles mais dans ces cas là, vos enfants seront levés tôt pour pouvoir être gardés et dans ce cas là ils prendront obligatoirement le rythme.
En ce qui concerne les réveils en pleins milieu de la nuit, les premières fois que c’est arrivé, j’essayais de la rendormir en la berçant, en faisant moi même semblant de dormir à côté d’elle… mais ma fille était en pleine forme et souriait, gazouillait ou même jouait quand elle était plus grande.
Ça n’est pas arriver hyper souvent mais quelques fois quand même et du coup je jouait avec elle.
Les lumières étaient tamisées je lui expliquait bien que c’était la nuit qu’il fallait dormir mais que comme je voyais qu’elle n’avait pas sommeil, je restais avec elle et je lui proposais de se coucher à plusieurs reprises.
Si j’étais vraiment fatiguée je lui lisais des livres dans son lit ou je lui demandais de jouer tranquillement à côté de moi pendant que j’étais allongée dans son lit car j’étais très fatiguée étant donné que c’était la nuit.
C’était souvent un bon moment que nous passions dans le calme et sans pleure car j’ai compris que lorsqu’elle n’avait pas sommeil il ne servait à rien de lutter car ma fille sait me dire lorsqu’elle souhaite dormir et de plus elle s’allonge volontiers à côté de moi pour essayer de dormir quand je lui propose.
Les enfants sont de bonnes volontés il faut juste ne pas les braquer et leur faire confiance.
Il n’est évidemment pas toujours facile d’agir ainsi surtout lorsque nous travaillons le lendemain mais sincèrement quand un enfant n’est pas fatigué il n’est pas fatigué et le forcer à dormir entraine cris et pleures ce qui est encore plus fatiguant.
Accepter les choses, lâcher prise est plus reposant et permet de passer un bon moment surtout que l’enfant peut s’endormir au bout d’une heure.
Bon j’avoue moi c’était 2 ou 3 mais des fois 1 heure 😉.
Le rôle de parent n’est pas facile à tenir mais c’est notre rôle, notre mission !
Soyons fiers de ça et n’encrassons pas notre cerveau de mauvaises ondes en pensant que notre enfant nous manipule, que nous en avons marre, que nous sommes fatiguées…
Pensez que vous avez de la chance d’être en bonne santé, que votre enfant aussi et soyez reconnaissant.
Vous verrez vous serez moins fatiguée car ruminer fatigue énormément.
Profitez de la vie et respectez le rythme de votre enfant autant que vous le pouvez.
Vous verrez il vous le rendra !
J’espère que cet article vous aura inspiré et aidé.
Donnez moi votre avis en commentaire et dites moi si vous avez d’autres astuces ou manière de faire.
N’oubliez pas s’aimer et se respecter est primordiale pour une vie saine et sereine.
Je vous souhaite de passer une belle journée et vous dit à bientôt sur mon blog et ma chaîne YouTube bien dans ses baskets.
Marine

Bonne nouvelle ! J'ai créé un guide pour avoir une autre vision de la vie afin d'élever ses enfants et se sentir mieux au quotidien.

Recevez gratuitement les 10 points à mettre en place pour changer votre vie !

Merci pour votre confiance !