Sélectionner une page
J’ai décidé d’écrire cette lettre suite à l’accouchement d’une amie.
Elle a décidé d’allaiter mais tout un processus a dû se mettre en place autour d’eux en incluant un tire lait et un complément en lait en poudre.
Car le bébé ne prenait pas beaucoup de poids.
De quoi s’inquiéter et rajouter encore plus de fatigue dans leur nouvelle vie à 3.
Tous le monde sait que les débuts sont plus ou moins difficile.
Nous nous rendons compte de ce que c’est que d’avoir à s’occuper d’un petit être qui dépend de nous pour tout.
Que notre vie change totalement.
Et, ce papa, se sentait mal car il n’arrivait pas à calmer son bébé.
Peut-être n’était-ce pas le début de vie à 3 qu’il avait imaginé?
Peut-être se sentait-il impuissant?
Leur histoire m’a inspiré pour écrire cette lettre car les hommes ont souvent du mal à exprimer ce qu’ils ressentent.
Je ne pense pas qu’il est allé voir ses potes en expliquant ce qu’il vivait et ressentait.
Sans doute parce qu’aucun ne l’a fait non plus et c’est un cercle vicieux.
J’ai eu envie d’écrire cette lettre pour leur montrer qu’ils sont certainement très nombreux à vivre ce genre de situations mais que cela finit par s’arranger.
Et de penser à eux car même si ce sont les mamans qui font tout le travaille ! 😝😅
Votre présence et votre soutien nous est nécessaire et primordial !
Il faut juste laisser le temps au temps.
Le temps d’apprendre à se connaître, de « s’apprivoiser », de prendre ses marques, ses repères, ses habitudes….
Bref je m’arrête et vous laisse lire ma lettre.
La voici :
À toi jeune papa, qui te sens démuni face à ce petit être qui vient d’arriver dans ta vie.
À toi qui ne pensais pas que la paternité était liée à des nuits hachées, des pleurs et cris que tu n’arrives pas à calmer.
À toi qui ne pensais pas non plus ressentir ce sentiment d’impuissance quand, lorsqu’il est sur sa maman, il se calme immédiatement.
À toi qui te sens dépassé mais qui n’arrive pas à l’exprimer.
À toi qui en veux à la maman d’avoir ce lien inexpliqué qui t’évince et ne te donne plus envie de t’impliquer.
À toi qui refuse que l’on te donne des conseils car tu aurais tellement aimé que ce soit inné.
À toi qui en viens à penser que ta vie d’avant était mieux même si cette pensée est éphémère et vite passée.
À toi qui te reconnais dans au moins une chose que j’ai écrit, saches que tu n’es pas le seul à vivre ceci.
C’est juste que les hommes ne disent pas ces choses là.
Saches que devenir parents n’est pas inné et encore moins pour les hommes qui, eux, ne l’ont pas porté.
Soit bienveillant envers toi, ne soit pas trop dur, tu y arriveras.
Ton enfant n’est qu’un petit être qui ne demande qu’à être rassuré, et n’est pas là pour te manipuler.
Apprend à le connaître en lui exprimant tes émotions.
Observe le, apprend à reconnaître ses pleures car c’est sa seule façon de te demander une faveur.
Laissez vous du temps, laisses toi du temps tout rentrera dans l’ordre.
À toi qui soutien la maman dans son allaitement.
À toi qui entretient la maison car tu y vis aussi dedans.
À toi qui te sens débordé, fatigué et envahit d’émotions inexpliquées.
Ce texte t’es adressé pour te rappeler que nous passons tous par là et te rassurer.
Profitez des beaux moments qui sont si vite passés car les mauvais seront vite oubliés.
Merci au papa de ma fille de m’avoir toujours soutenu et accompagner.
Merci à mon papa d’être ce qu’il est car sans lui, je ne serai pas la femme et la maman que je suis devenue aujourd’hui.
A tous les papas, les mamans les nouveaux nés, prenez soin de vous, aimez vous et apprivoisez vous ! 😉😘
P.S : Vous pouvez retrouver cette lettre sur ma page facebook et sur insta.

Bonne nouvelle ! J'ai créé un guide pour avoir une autre vision de la vie afin d'élever ses enfants et se sentir mieux au quotidien.

Recevez gratuitement les 10 points à mettre en place pour changer votre vie !

Merci pour votre confiance !