Sélectionner une page
 J’ai lu une phrase qui était : un enfant qui obéit est un enfant qui ne va pas bien ! 

Et moi à qui l’on dit tout le temps que ma fille est super sage, ça m’a fait écho. 
En réalité, ma fille ne m’obéit pas. C’est plutôt moi qui fais en fonction de ses besoins afin d’éviter de la peur, de la colère, de la tristesse, de la frustration, bref tout ce qui peut entraîner une « tempête émotionnelle ». 
Bien évidemment, que des « tempêtes émotionnelles » elle en a et qu’elle les exprime.  
Il y a tellement de frustrations pour un jeune enfant. 
Que ce soit l’apprentissage de la marche, les objets fragiles que l’on ne peut pas toucher, les choses que l’on aimerait faire comme papa et maman mais que nous sommes trop petits pour les réaliser. L’apprentissage des jeux ou tout ne va pas comme ils veulent. 
En ce moment, ma fille (2 ans et demie) s’énerve beaucoup lorsqu’elle n’arrive pas à faire quelque chose et jette les affaires. 
Je lui montre donc comment faire pour gérer sa colère et sa frustration en respirant profondément et en recommençant. 
Je lui propose de m’appeler ou d’appeler un adulte si elle n’y arrive vraiment pas.  
Cet exemple pour expliquer que les personnes qui disent que ma fille est sage ne voit pas tout le travail que je fais derrière. 
Et lorsqu’elle s’énerve, je suis tellement calme que cela ne passe pas pour une « crise ». 
Tout dépend de notre interprétation. 
Même si le mot sage ne veut pas forcément dire obéissant mais ils se rejoignent fortement quand même. 
Et puis, n’oublions pas qu’un enfant peut être sage et faire des tempêtes émotionnelles. 
L’un ne va pas sans l’autre, nous ne sommes pas un adjectif mais nous sommes plutôt composés de pleins d’émotions qui nous font être bons nombres d’adjectifs. 
1.Qu’est -ce qu’un enfant qui obéit ? 
Un enfant qui obéit à ses parents ou à des adultes sans ne rien dire est un enfant soumis. 
Rappelons qu’un enfant est un être vivant qui naît en ne connaissant rien de la vie et qui est justement là pour l’apprendre.  
Apprendre de son entourage, découvrir son corps en courant, sautant, découvrir les limites de la société ou ses propres limites en prenant quelques risques physiques 
Un enfant qui obéit à tout ce qu’on lui dit est un enfant qui vit dans la peur et la crainte. 
L’angoisse de beaucoup de parents ou du moins la crainte est de ne pas se faire obéir de son enfant en présence d’autres personnes.  
Et s’il se mettais à crier dans le magasin ou vouloir courir un peu je vais passer pour un parent laxiste (inconscient) ? donc vous faites tout pour vous faire respecter.
Punitions, chantages, châtiments corporels…. 
Arnaud Deroo l’auteur du livre « Porter un regard bien traitant sur l’enfant et sur soi », accuse l’idolâtrie que la société porte à l’obéissance. 
Il parle du fait qu’un enfant doit écouter au doigt et à l’œil ses parents et les adultes en général sans broncher. 
Des petits être parfait qui ne dérange personnes. 
Selon Isabelle Filliozat, si l’on interdit une émotion à notre enfant, c’est qu’elle ne nous a pas été autorisée étant petit. 
Par exemple, si à chaque fois que vous vous mettiez en colère vos parents vous envoyaient dans votre chambre, vous punissaient, se moquaient de vous bref ne prenaient pas en compte votre émotion et ne vous expliquaient pas ce qu’elle était et comment la gérer, forcément lorsque votre enfant se met en colère vous ne savez pas comment vous y prendre et cela renvoie chez vous votre propre colère inavouée de votre enfance. 
N’oublions pas qu’en latin “motio” signifie mouvement et “e” signifie qui vient de. 
L’émotion est donc un mouvement provoqué par une excitation extérieure. 
Avoir des émotions est naturel et est tout simplement signe de vie et de bien être ! 
2. Comment s’y prendre ? 
Alors oui, subvenir aux besoins de ses enfants, leurs expliquer leurs émotions, comment les gérer…. est fatiguant voir parfois épuisant. 
Mais selon ma petite expérience et les témoignages de nombreuses familles que je suis et qui pratique eux même cet accompagnement auprès de leurs enfants, les effets ne se voit pas sur le court terme mais sur le long terme. 
Ce qui est encore plus dur mais ça vaut le coup car votre enfant prend confiance en lui et en la vie.  
En lui montrant l’exemple, en lui montrant comment agir lorsque parfois on s’énerve et perd le contrôle, lorsque la colère monte, lorsque nous nous faisons mal, lorsque nous sommes tristes….  
Je vais aussi vous parlez brièvement du consentement de l’enfant qui me parait également très important à aborder car pour certaines personnes, l’obéissance passe par l’acceptation des bisous, des câlins qui sont considérés, en cas de refus, pour un manque de respect. 
Je referai un article sur ce sujet mais brièvement, je pense que le fait d’apprendre à son enfant que son corps lui appartient et que s’il n’a pas envie d’accepter les bisous et câlins de mamie et papy ben il en a le droit ! 
Nous pouvons l’accompagner et lui proposer d’envoyer un bisou ou de dire bonjour ou au revoir verbalement ou avec la main. 
Cet accompagnement pour le respect de son corps pourra également l’aider, en grandissant, à mieux s’accepter physiquement et l’aider à ne pas accepter certains comportements déplacer. 
Et puisque je suis partie sur ma lancée, je dirai aussi qu’il est important de ne pas rendre la masturbation féminine ou masculine gênante et honteuse (appelons un chat un chat même si « se toucher » serait plus approprié mais cela fait moins bien dans la phrase 😅. Et puis, certains enfants se masturbe réellement et très tôt). 
La masturbation peut arriver assez tôt (à partir de 2 ans chez certains enfants) elle est exclusive et ne comprend pas l’aide d’un tiers. 
Elle ne doit donc pas être une source de honte ou de moquerie mais plutôt orientée et expliquer. 
Orienter l’enfant en lui disant que c’est quelque chose d’intime qui se fait seul donc souvent dans sa chambre. 
Lui expliquer les différentes parties du corps mais a l’inverse, ne rendez pas non plus cet acte comme très bien. 
C’est un acte naturel ou l’enfant se rend compte qu’une partie de son corps lui procure du plaisir et continue donc de toucher pour voir ce que ça fait. 
Je ferai également un article dessus vous pouvez me dire en commentaire si le sujet vous intéresse et me poser vos questions.  
Mais si j’en parle dans celui-ci c’est parce que, lorsque nous voulons l’obéissance de nos enfants, ces comportements ne sont pas acceptés et sont même rendue répugnant, méprisant, honteux, afin que nos enfants ne recommencent pas. 
3. Changer notre vision des choses. 
Faire obéir un enfant pour qu’il est un comportement irréprochable est peut-être agréable à vivre sur le coup pour le parent qui, face à autrui donne une vision de vie agréable, fluide, sans risque de cris (vu qu’il n’y a pas de comportement inadapté) mais si nous regardons l’enfant de plus près, est-il bien dans sa peau ? dans sa tête ? 
Est-il heureux ? 
Comprend-il la vie et ce qu’il se passe autour de lui où vit il en cachant et réprimant toutes ses émotions et donc suit les mouvements de son entourage sans donner ses envies, ses choix ? 
Mon article n’est pas destiné à juger mais encore une fois à éveiller certaines consciences. 

N’oublions pas que les adultes non plus n’aime pas être soumis à des règles stricts. Tout simplement car nous sommes tous différents et que l’être humain a besoin de tester par lui-même.

Un cadre oui, mais un cadre, à mon sens, signifie de sécuriser l’enfant et de l’emmener à la découverte de la vie, de son monde, de lui-même en lui expliquant, en y donnant du bon sens et non en lui imposant.

Certaines choses sont non négociables car dangereuse ou non adaptés mais elles sont toujours explicables.

Je fais moi-même cette démarche sans cesse pour apprendre et modifier mes comportements afin de faire ce que je pense nous correspondre le mieux.  
Pour résumer, acceptons les comportements de nos enfants.  
Que ce soit le fait qu’il ne veuillent pas prêter ses jouets, qu’il se masturbe en public, qu’il s’énerve un peu trop souvent (à notre goût), qu’il ne mange pas ce que vous avez préparé pendant 2h et avec amour 😅, qui veut partir du parc alors que vous y êtes depuis 2 minutes et que c’est lui/elle qui voulait absolument venir… 
La liste est bien évidemment non exhaustive mais tous ses comportements se produisent chez presque tous les enfants ce qui signifie bien que ce sont des processus spécifiques à l’être humain et qu’ils doivent être expliqué et accompagné. 
Je ne dis pas que tous ces comportements cités doivent être acceptés mais plutôt expliquer et accompagner vers une autre solution ou un compromis.  
Parce qu’être parents n’est pas facile, continuer de vous renseigner afin de trouver des méthodes, comportements ou informations qui vous parlent et vous correspondent.  
N’oubliez pas de vous connecter et d’écouter votre enfant car lui seul sait ce dont il a besoin (je parle bien de besoin et non d’envie même s’il est aussi important d’assouvir quelques envies 😊). 
Essayez également de ne pas interpréter les regards ou phrase de votre entourage grâce à l’ un des accords toltèques « ne fait pas de supposition ». 
Les suppositions ne font qu’envenimer la situation et font monter de la colère en nous. 
Posez-moi vos questions, donnez-moi votre avis et votre expérience je me ferais un plaisir de vous répondre. 
En espérant vous aidez, à ma manière, vers un cheminement qui vous correspond le mieux afin d’être heureux tout simplement ! 
Belle journée 
Marine 

Bonne nouvelle ! J'ai créé un guide pour avoir une autre vision de la vie afin d'élever ses enfants et se sentir mieux au quotidien.

Recevez gratuitement les 10 points à mettre en place pour changer votre vie !

Merci pour votre confiance !